New design :)

28 avr

Le nouveau site est en ligne!!!
Allez y faire un petit www.vertdevin.comet n’hesitez pas a en parler!! :)

Château Belles-Graves

26 avr

Cette semaine partons à la rencontre d’une propriété liant vin et océan ;)

Bienvenue au Château BELLES-GRAVES !!! Ravissante propriété perchée sur les hauteurs de l’appellation Lalande de Pomerol.

Historiquement on retrouve des traces de la présence de vigne au 15ème siècle. La bâtisse, elle, date du 16ème siècle  mais fut entièrement rénovée, repensée et agrandit au cours du 18ème siècle.

Autrefois appelé Château Drouilleau, en rapport avec le lieu-dit où se situe le vignoble, le château fut renommé « Belles-Graves » lors de son rachat en 1939 par la famille Theallet-Piton (les actuels propriétaires).

Pourquoi « Belles-Graves » ? Tout simplement en rapport avec le terroir de la propriété constitué majoritairement de graves.

Aujourd’hui c’est le petit fils qui est à la barre du navire Belles-Graves. Il fut toujours plus ou moins destiné à reprendre la propriété familiale, se définissant lui-même comme étant « tombé dedans quand il était petit ».

Cependant  voulant voir autre chose il se lança, à la sortie du lycée, dans des études de Grecque et de Latin. Les aléas de l’histoire familiale le feront revenir à la propriété plus vite que prévu.

Comment décrit il son métier ? Comme un métier ayant beaucoup évolué durant les deux dernières décennies, devenant de plus en plus compliqué sous l’augmentation des nécessités administratives. « Actuellement, un vigneron passe pratiquement plus de temps dans les papiers que dans la vigne. Autrefois il s’agissait d’un métier de cultivateur de la vigne et de transformateur de raisin. Aujourd’hui il doit également gérer l’administratif, le commercial, la communication».

Son Leitmotiv ? Il est double. En premier lieu « Le respect du client par le respect de la signature du château » c’est-à-dire que le client retrouve ce qui caractérise Belles-Graves dans le vin. Mais aussi d’être le moins « interventionniste » possible dans le processus de fabrication…laissant ainsi Dame Nature faire son travail.

Après tout, pourquoi essayer de reproduire artificiellement ce que la nature fait naturellement ?! (J’aime ! :) )

Comment explique-t-il sa passion ? Il ne l’explique pas, « c’est génétique », le Belles-Graves coule dans ses veines depuis sa plus tendre enfance.

Quelques caractéristiques :

-          17 hectares dont 14 hectares d’un seul tenant

-          En agriculture raisonnée

-          Sol : graves typiques de l’appellation, mais associées, sur certaines parcelles avec de l’argile ou du sable

-          Encépagement : 90% Merlot et 10% Cabernet franc (les proportions se retrouvent dans les deux vins)

-          Vins : Le premier vin : Château Belles-Graves, le second vin : Les terrasses de Belles-Graves

-          Elevage : Pour le 1er vin, 12 mois en barriques dont 25% de fûts neufs et 25% de cuves. En ce qui concerne le 2nd vin il est élevé à 100% en cuves.

-          Dispose d’une bonne exposition en « arc de cercle » Sud, Est et Ouest

Coté projet : Dans un souci de toujours mieux accueillir les visiteurs, le Château vient de se doter d’une nouvelle extension conçue autour des idées d’oenotourisme et de salle de séminaire ;)

Pour la petite anecdote, le grand-père (Jean Theallet) de l’actuel propriétaire était un cousin germain du Commandant Jacques-Yves Cousteau. Ensemble ils passèrent leur enfance à la propriété et continuèrent par la suite à y partager de nombreux moments de bonheur.Le célèbre marin, grand amateur de vin et notamment du Château Belles-Graves, emporta de nombreuses bouteilles de la propriété familiale sur son célèbre bateau : le Calypso.Une cuvée spéciale intitulée « Calypso » fut crée en 2010 pour la commémoration des 100 ans de la naissance du Commandant Cousteau :)

Bon ce n’est pas tout, mais passons à la dégustation… :) (miam !!)….Château Belles-Graves millésime 2007 (un de mes coups de cœur)

Belle robe rubis, ce vin révèle au nez des arômes de groseille, de mûre ainsi que de prune bien mûre. En bouche des saveurs de violette, de cerise noire, et de framboise sauront émerveiller vos papilles…sublimées par une fraîcheur et une minéralité typique à cette propriété.

En fin de bouche les tanins élégants concluront cet instant de pur délice….instant que je renouvèlerais volontiers :)

Personnellement j’associerais à ce doux nectar un gibier ou de l’agneau tel qu’une souris d’agneau caramélisée.

La propriété propose un service de chambre d’hôtes. Vue panoramique sur le Château Pétrus, sur un lac, et de manière générale sur la campagne libournaise sont au programme. Une bonne adresse à retenir pour les amoureux en mal de week-end romantique ;)

Remerciements à Xavier Piton pour son chaleureux accueil.

Note a posteriori: le nouveau site Vert de Vin est disponible sur cette adresse: www.vertdevin.com ;)

Jonathan

Chateau Belles-Graves

33500 Néac

+33 (0)5 57 51 09 61

x.piton@belles-graves.com

Retrouvez ce chateau sur Les Itinéraires de Charlotte

Chateau Moulins-Listrac

17 avr

« Puisseguin Saint-Emilion »….appellation au nom évocateur de mystères, de grands vins, d’histoire et d’échevins….

Bref ! Partons à la rencontre de l’un de ces plus hauts vignobles : le Château Moulins-Listrac :)

C’est en 2010 que le nouveau propriétaire, François Rudloff (photo), passionné par le monde du vin et de la vigne, acquit ce domaine. Il se fixa pour objectif de faire de cette propriété une référence au sein de l’appellation Puisseguin Saint-Emilion. Privilégiant le vin sur l’image, les premiers investissements ont été pour le chai et la vigne (replantage, aménagements, nouvelles cuves…).

Qu’est ce qui a poussé ce passionné à se lancer dans l’aventure viticole? La réalisation d’un rêve de longue date…l’envie de transformer un produit naturel en fin nectar….un nectar reflétant le travail de l’homme et de la nature.

Pourquoi a-t-il choisi ce vignoble ? L’idée de départ était d’acquérir non pas une bâtisse mais un terroir, une typicité de vin, au sein d’une appellation géographiquement petite….

Petite oui ! Mais grande de part sa renommé.

Après de nombreuses visites le choix se fit tout naturellement pour cette propriété posée fièrement sur deux terroirs.

Selon vous, qu’est ce que le vin ? Il est rare que je cite telle quelle la réponse d’un vigneron, mais face à ma question la réponse fut tellement complète, parfaite que je ne vois pas comment j’aurais pu faire autrement…

« Le vin est un art et fait partie intégrante de notre culture et patrimoine, nous avons une chance inouïe en France de posséder tous ces terroirs, tous vignobles confondus.

C’est un art de vivre, la vigne nous permet de recoller à une certaine réalité que nous avons tendance à oublier, dans ce monde où tout va vite. Elle nous ramène à un rythme humain, où rien ne sert de courir, il faut vendanger à point! Patience et longueur de temps font plus que force ou rage… »

Que recherche t’il en créant ses vins ?

Des vins reflétants l’exceptionnel terroir de cette propriété, mélange de calcaire et d’argiles, des vins donc frais, puissants, concentrés, et avec une grande minéralité….

Quelques caractéristiques :

-          S’étend sur 12hectares

-          Encépagement : 75% Merlot, 20% Cabernet Franc, 5% Cabernet Sauvignon

-          Sol : argilo calcaire (typique du Puisseguin Saint-Emilion). Les argiles apportent de la concentration, de la puissance et de la fraîcheur, tandis que les calcaires apportent de la finesse et de la minéralité.

-          Elevage : 2/3 en barriques (dont 30% de neuves, 40% d’un vin et le reste en barriques ayant déjà accueilli 2 vins) et 1/3 en Cuve (afin de faire primer les arômes fruités)

-          Production : 50.000 bouteilles (en moyenne)

Coté projet, mis à part les divers projets de modernisation de l’outil productif ou de la bâtisse, la petite équipe en place souhaiterait pouvoir développer dans les années à venir, un second vin. ;)

Passons à la dégustation :

Pour le millésime 2010 : Une robe rubis, un nez aux arômes de fruits rouges gourmands bien murs…arômes qu’il développe également en bouche, les associant à des notes de cerise noire mais aussi de groseille, et de cacao. Un vin minéral, développant une bonne tannicité veloutée en milieu de bouche.

Personnellement, je vous conseil d’accorder ce vin avec un parmentier de confit de canard au topinambour et aux truffes. :)

En ce qui concerne le millésime 2011 : arômes de fruits rouges (notamment fraise écrasée) mais aussi de fruits noirs (particulièrement le cassis), des notes animales. Une bonne minéralité en milieu de bouche, un vin frais développant des tanins veloutés. Le 2011 sera parfait sur des gibiers comme par exemple sur des cailles aux cerises. (miam!!)

Remerciements à l’équipe (Guillaume Dupouget et François Rudloff) en place pour son accueil et le temps accordé.

Note a posteriori: le nouveau site Vert de Vin est disponible sur cette adresse: www.vertdevin.com ;)

Jonathan

Chateau Moulins-Listrac

8 route de Saint-Emilion
33570 Puisseguin
+33 (0)5 57 74 61 90

facebook

twitter

Chateau Guiraud

11 avr

Sauternes…l’or de Bordeaux….

Partons à la rencontre de l’un des plus grands joailliers du Sauternais….le Château GUIRAUD (1er Grand Cru Classé de SAUTERNES)

A en croire un acte notarié retrouvé sur place, le Château Guiraud  aurait été crée en 1766 par Pierre-Armand Guiraud, négociant Bordelais de confession protestante.

« Guiraud ou le Sauternes révolutionnaire », tel pourrait être la devise de ce vignoble venant en de nombreux points décomplexer/ casser les codes de ce nectar doré.

Le monde du Sauternes a de tous temps revendiqué sa foi catholique et affiché sa loyauté à la monarchie (les propriétés affichaient leur volonté du rétablissement de la royauté).

En bâtissant un temple protestant sur son domaine et en optant pour une étiquette noire et or (avec une écriture non calligraphiée, symbole de modernisme) le vignoble afficha un clair  soutient a Napoléon 1er, le Château Guiraud devint ainsi un symbole d’esprit libre et de volonté d’indépendance. Esprit toujours présent à l’heure d’aujourd’hui.

En 2006 la propriété fut rachetée par un industriel, Robert Peugeot, et trois vignerons, Messieurs Olivier Bernard (Domaine du Chevalier), Stephan Von Neipperg (Château Canon La Gaffelière) et Monsieur Xavier Planty (directeur du Château Guiraud. Voir photo), quatre passionnés du vin. Ils en sont les actuels propriétaires.

Bref ! Mardi dernier nous avons été un petit groupe (Miss VickyWine, Marthe l’actu du vin et moi) à avoir eu la chance, de passer une journée dans cette propriété, avec Mr Planty  comme guide…. Au programme, petit déjeuner, visite, dégustation en barrique…. (Un programme de rêves !) :)

Qu’est ce qui a poussé Mr Planty dans le domaine du vin ?

Tout simplement le hasard.  Apres des études de Bio à la faculté de Bordeaux, et voulant un métier proche de la nature, il choisi de rentrer en formation au Château Soutard. C’est en 1982 qu’il rejoint l’équipe du Château Guiraud.

Qu’est ce qui est recherché ? Un vin d’une grande droiture, un nectar qui en bouche se révèle être un grand vin, reflétant une viticulture de précision. Un vin « naturel » qui tend à être parfait, sans artifice de vinification…fruit d’une vendange à maturité idéale.

Pour plus de détails regardez la vidéo ;)

Qu’est ce qui distingue Guiraud des autres Grand Cru Classé de Sauternes ?

Avant tout un travail minutieux et responsable, un respect de l’écosystème afin d’avoir une « pourriture noble » (Botrytis cinerea) la plus qualitative et efficiente possible. Mais il se caractérise aussi par une grande fraicheur, une « légèreté», une absence d’arôme « confituré »…ainsi que par un assemblage avec une grande part de sauvignon blanc.

Mais Guiraud se caractérise aussi par l’obtention en 2011 de la certification biologique AB. Loin des aspects marketing la démarche a été faite dans un souci de protection du terroir et de l’écosystème.

Quelques caractéristiques :

-          Sol : une composition du sol différente en fonction des parcelles : calcaire, graves sableuses du quaternaire, argile rouge et des graves argileuses

-          3 vins : Château Guiraud (1er Grand Cru Classé de Sauternes), le Petit Guiraud (Sauternes), le G de Château Guiraud (Bordeaux blanc sec)

-          En Agriculture Biologique (1er Grand Cru Classé a etre classé AB).

-          Assemblage des vins : Pour le Château Guiraud 65% sémillon, 35% sauvignon blanc ; Pour le Petit Guiraud 65% sémillon, 35% sauvignon blanc   ; Pour le G de Guiraud 70% de sauvignon blanc, 30% de sémillon blanc

-          Vendange manuelle

-          Mise en place de haies végétales et de « nurserie pour insecte » autour de chaque parcelle afin de protéger naturellement la vigne et de préserver un écosystème en bon équilibre.

-          Fermentation : se fait pour 90% en barriques neuves et 10% en barriques d’un vin

-          Elevage : Pour le Château Guiraud 1/3 en barriques neuves, 1/3 en barriques d’un vin, et 1/3 en barriques de 2 vins durant 24 mois ; Pour le Petit Guiraud élevage en cuves et en barriques durant 1 an; Pour le G de Château Guiraud 1/3 en barriques neuves, 1/3 en barriques d’un vin, et 1/3 en barriques de 2 vins pendant 1 ou 2 mois en fonction des années. Il est à noter que chaque cépage, chaque parcelle est élevé séparément en barrique, l’assemblage ne se faisant qu’après.

Hum…hum…passons aux « vert de vin » :)

Château Guiraud 2011 (primeurs) : nez frais aux arômes de poivre, de réglisse, de kiwi, de mangue et de thé noir. En bouche ce fin nectar révèle des arômes d’abricot, d’ananas, de fruits secs et d’acacias…à cette puissance aromatique s’associe une grande fraicheur.

Un vin qui s’associera a merveille avec des saint-jacques poêlés au foie gras.

G de Guiraud 2011 (primeurs) : Un nez aux aromes d’agrumes, de tilleul et de menthe fraiche. En bouche il développe des saveurs de pamplemousse sucré, de mandarine sublimée par une grande fraicheur….

Un vin qui conviendra parfaitement pour des plats tel que des brochettes de poissons blancs marinés, à la plancha.

Pour la petite anecdote, cette propriété est la seule possédant un conservatoire des cépages (en association avec d’autres vignobles) de vignes, permettant ainsi la préservation de variétés et leurs reproductions.

Il est à noter que c’est à Guiraud que le concept même de « primeurs » est né, en 1984. L’idée d’origine était de permettre aux négociants de goutter, avant la presse, le nouveau millésime.

Dernier petit conseil de la semaine ;) essayez l’association Sauternes / huitres, vous ne serez pas déçu par cette belle alchimie insolite.

Remerciements à Monsieur Planty et à son équipe pour son chaleureux accueil.

Note a posteriori: le nouveau site Vert de Vin est disponible sur cette adresse: www.vertdevin.com ;)

Jonathan

Château Guiraud

1 Château Guiraud

33210 Sauternes
05 56 76 61 01

Facebook

Twitter

Blog

Les Itinéraires de Charlotte

Chateau Lafon-Rochet

4 avr

Cette semaine partons dans le Médoc et plus précisément au Château Lafon-Rochet (AOC Saint-Estèphe), classé quatrième grand cru par la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855.

Surprenant bâtiment « jaune » trônant fièrement sur les hauteurs de Saint-Estèphe, cette propriété, date de 1650 et s’étend sur 45 hectares.

Ce domaine entra en possession de la famille Tesseron en 1960. Michel Tesseron, le père, se lança dès son arrivé dans de grands projets de rénovation à la vigne, aux chais ainsi qu’au Château.

Tous ces efforts permirent de redonner à Lafon-Rochet ses lettres de noblesse dues à son rang de  Grand Cru Classé.

Actuellement son fils Basile prolonge cette politique de modernisation initiée par son père.

Depuis de nombreuses années, ce vignoble s’est lancé dans une démarche Bio. Actuellement en conversion biologique,  cette propriété a pour leitmotive de « revenir aux méthodes d’antan et aux sources de la viticulture » mais aussi de prendre soin du « roi du domaine, le pied de vigne » autant que du terroir.

Un terroir qui d’ailleurs fait la spécificité de ce vignoble.

Que recherchent-ils en créant leurs vins ? Avant tout à se faire plaisir, mais surtout à faire un nectar correspond aux goûts familiaux

Comment conçoivent-ils leur métier ? Comme une délicate alchimie de science, d’empirisme, de tradition et de respect de la nature. Belle définition à laquelle je ne peux que me joindre. :)

Quelques caractéristiques :

-          En conversion bio (auparavant en agriculture raisonnée).

-          Encépagement : 55% Cabernet Sauvignon, 40% Merlot, 3% Cabernet Franc, 2% petit verdot

-          Sols : 2 types : 1) mélange de graves, d’argile et de sable, donc un sol très drainant et dur, ce qui est parfait pour les Merlot. 2) 20 à 30 cm de Graves (comme dans le Pomerol) et argiles lourdes ce qui rend les vins de cette propriété uniques (élégance et minéralité).

-          Elevage : 18 mois en Barrique dont 55% de neuves. 15 mois en barriques pour le 1er vin : Château Lafon-Rochet. En ce qui concerne le 2nd vin (Les Pélerins de Lafon-Rochet) il est élevé durant 15 mois en barriques.

-          Production d’un rosé de pressurage issu directement des cuves du 2nd vin

Pour la petite anecdote, vous trouverez dans les jardins de la propriété une chapelle. Il s’agit de la Chapelle de Camarsac, bâtiment ecclésiastique ce situant sur le chemin de Compostelle, et qui fut dé consacré lors de la Révolution Française de 1789.

Passons au cœur de l’interview : LA DEGUSTATION :)

A defaut de dégustation virtuelle…Faites appel à votre imagination et laissez-moi vous décrire mon expérience :)

- Château Lafon-Rochet, millésime 2010: Robe rouge écarlate, un nez évolutif dégageant un bouquet d’arômes de cassis et de fleurs…une structure et une rondeur en bouche parfaite…des arômes de mûres, et de myrtille…une belle fraîcheur en fin de bouche…s’alliant parfaitement avec une légère tanicité due aux raisins…

Un vin qui ira à ravir avec un plat à base d’agneau, tel qu’une souris d’agneau confites et ses carottes fondantes.

- Les Pélerins de Lafon-Rochet, millésime 2009 : Robe rubis, nez aux senteurs de sous-bois, de champignon, en bouche il révèle des arômes de violette et de cassis mais aussi de la puissance, de la fraicheur ainsi que de la minéralité.

Un nectar qui pourra s’accompagner parfaitement avec un médaillon de veau au citron.

Bonne semaine et bonne dégustation! ;)

Note a posteriori: le nouveau site Vert de Vin est disponible sur cette adresse: www.vertdevin.com ;)

Remerciement à Basile Tesseron pour son accueil

Jonathan

Château Lafon-Rochet

33180 Saint-Estèphe

05 56 59 32 06

Website

Retrouvez ce Château sur Les Itinéraires de Charlotte

Château Troplong Mondot

27 mar

Ébloui !

Voila comment je suis ressorti de la visite du Château Troplong Mondot (SAINT EMILION 1er GRAND CRU CLASSE)

Propriété fièrement posée sur la butte de Mondot, dominant ainsi Saint Emilion et son vignoble, elle fut construite au 18ieme siècle (1745) par la famille de Sèze. Famille de riche propriétaire terrien de la région, particulièrement connu grâce à Raymond de Sèze, jeune magistrat, adjoint, aux côtés de Messieurs Tronchet et Malesherbes, à la défense de Louis XVI. Il fut également nommé, en 1815, président de la Cour de cassation et pair de France.

En 1850 la propriété fut rachetée par Monsieur Raymond Troplong. Grâce à lui ce vignoble acquerra ces lettres de noblesse et fit son entrée, en 1868, dans le Féret à la deuxième place des Saint Emilion.

C’est en 1980 que la famille Valette (actuellement devenu famille Pariente, par alliance) entre en possession de cette propriété. Ils lanceront de grands projets de rénovation/de modernisation des bâtiments, des chais mais aussi de la vigne et s’entoureront de professionnels reconnus du monde du vin tel que l’œnologue Michel Rolland…. Cette politique portera ses fruits puisqu’en 2006 la propriété sera promue « 1er Grand Cru classé de Saint-Emilion ».

J’eu la chance de rencontrer le maitre de ces chais, Monsieur Jean Pierre Taleyson. Passionné par son métier  il le décrit comme « prenant, passionnant, méticuleux, dur, mais tellement beau ».

Mais aussi comme un métier d’adaptation. En effet il faut adapter le travail, autant à la vigne qu’aux chais en fonction des conditions météorologiques de l’année mais aussi savoir anticiper les évolutions climatiques dû au réchauffement que connait notre région.

Qu’est ce qui est recherché durant la création des vins ? Tout naturellement un vin qui soit le reflet de la finesse de ce terroir d’exception mais aussi qui correspond aux gouts de l’équipe en place.

Finesse, élégance, subtilité des tanins mais aussi convivialité sont les maitres mots de cette propriété d’exeption.

Quelques caractéristiques :

-          33 hectares dont 28ha de vignes

-          Assemblage du vin : 86% Merlot, 10% Cabernet Sauvignon, 4% Cabernet Franc

-          Vinification en cuve inox

-          Sol : à dominante argilo-calcaire, sur certaines parcelles : argilo-calcaire-limoneux voir même du silex

-          2 vins : Château Troplong-Mondot (1er vin) et Château Mondot (2nd vin)

-          L’élevage du 1er vin : 85% en barriques neuves, 15% en barriques d’un vin

-          Le 2nd vin est issu du vin de presse (vin obtenu par pressurage du marc déposé en cuve), a majorité Cabernet (60% Cabernet et 40% Merlot). L’élevage s’effectue durant 14mois en barriques, dont 80% de neuve et 20% d’un vin.

-          Pratique une agriculture que l’on pourrait qualifier de « raisonnable » : tondeuse au lieu du désherbant, mise en place de haies afin de protéger la vigne des intempéries et de certaines maladies.

Pour la petite anecdote, ne vous étonnez pas si en allant à la propriété vous voyez un cheval de labour entre les vignes à la place d’un tracteur. Vous ne rêvez pas ! La famille Parienté dans un souci de respect de son environnement fait de plus en plus appel a des techniques plus respectueuses de l’environnement.

Bon vous me direz, le cheval pourquoi pas, mais quels intérêts ? Etant beaucoup plus « léger » qu’un tracteur et son poids étant mieux réparti sur le sol, le cheval permet d’éviter le tassement des sols mais c’est aussi autant de rejet de CO2 en moins dans l’environnement.

Coté dégustation :

Si je devais résumer cette instant je vous dirais « un moment d’infinie douceur, délicatesse et de finesse en seulement 4cl »

Jolie robe profonde, rubis…. Nez aux arômes d’épices, de végétales…. En bouche ce divin nectar révèle des notes de fruits rouges, de baies noires….puis une délicate évolution se fait vers des arômes de tabacs, de notes animales….complété par une belle minéralité et un équilibre parfait…. Pour se finir majestueusement sur une note de cassis bien mure…. Un véritable délice ce millésime 2006

Si je devais associer ce nectar je le ferais volontiers avec un gibier, une recette comme par exemple un Médaillon de chevreuil et pommes sautées sauce Calvados avec des myrtilles sauvages

Petit conseil du jour : Le Château Troplong Mondot a ouvert un service de chambres d’hôte nommé « Les Belles Perdrix ».

D’où vient ce nom ? C’était le nom d’un fameux cercle intellectuel féminin des années 1920.

On vous servira une cuisine préparée avec des produits frais de leur potager, du verger ainsi que du poulailler….Tout ceci cuisiné par un chef cuisinier travaillant exclusivement pour le château… Caractéristiques assez atypiques mais très attractives.

Belle bâtisse en pierre décorée dans un style provincial…calme…nature….bonne cuisine…quoi demander de plus ?!

Alors avis aux amoureux à la recherche d’un week-end romantique avec vue imprenable sur Saint-Emilion et son vignoble ;)

Remerciement à toutes l’équipe pour son accueil et tout particulièrement à Myriam Ruer et Jean Pierre Taleyson

Petite info de la semaine : vendredi 30 Mars à 20h, au BU bar à vin aura lieu ma premiere dégustation. Vous aurez la possibilité de rencontrer et de déguster les vins blancs de quatre producteurs aquitains. N’hésitez pas à venir ;)

Note a posteriori: le nouveau site Vert de Vin est disponible sur cette adresse: www.vertdevin.com ;)

Jonathan

Château Troplong Mondot

+33 (0)5 57 55 32 05

website

Château Pierrail

19 mar

Welcome to Château Pierrail (AOC Bordeaux Supérieur)!

Une bâtisse chargée d’histoire, majestueusement posée sur une propriété de 250 hectares, dont 70ha de vigne, complétée par une vaste noyeraie, un lac, un grand parc et une forêt.

Ce Château fut construit en 1680 sur les ruines d’un bâtiment moyenâgeux appartenant à la famille de Ségur. Au cours des siècles il passera successivement à la famille de Roche puis, en 1782, aux Barons de Brianson.

C’est en 1970 que Jacques et Alice Demonchaux rachètent la propriété alors en état de délabrement avancé et se lancent dans de grands projets de réhabilitations et de rénovations….autant au niveau des bâtiments (bâtisse, chais, cuviers) que de la vigne (arrachage et replantation de cépages moins productifs et mieux adaptés au terroir). Leur  fils, Aurélien  vient compléter cette dynamique équipe amoureuse du cadre de vie…mais plus encore, passionnée par le métier de vigneron.

D’où vient le nom ? Tout simplement du terroir pierreux, bien adapté pour la qualité des vins….

Leur leitmotiv? « Faire des bons vins en accord avec chaque terroir de la propriété ». Mais également « le vin pour bien le faire et s’apprécier doit faire partie d’un tout. Il doit s’intégrer dans un style de vie dans le respect de l’environnement, l’écosystème ».

Caractéristiques :

-          Produits 5 vins :

Château Pierrail (Rouge) : 85% de Merlot, 10% de Cabernet Franc et 5% de C. Sauvignon. Elevé durant 12 mois en  barriques (1/3 de neuves pour avoir les finales toastées/grillées)

Les Hauts Naudon (Rouge) : 90% de Merlot, 10% de Cabernet Franc. Elevage 100% cuve.

Château Pierrail (Blanc) : 70% Sauvignon Blanc, 30% sauvignon gris. Elevage 100% cuve.

Cuvé Prestige (Blanc) : 70% Sauvignon Blanc, 30% sauvignon gris. Elevé et vinifié à 100% en barrique. Cette technique est relativement peu répandue dans le Bordelais mais elle permet un enrichissement du vin, notamment en apportant plus d’arômes boisés.

Château Pierrail (Rosé) : assemblage de Merlot et de Cabernet Sauvignon. Elevage en cuve.

Pourquoi autant de vin ? Chaque vin correspond à un terroir parcellaire différent…la logique est d’adapter la production aux richesses du sol.

-          Production : 450.000 bouteilles

-          sols : argilo-calcaire et argilo-limoneux-calcaire

-          pratique l’ébourgeonnage pour obtenir une meilleure qualité de raisin (sélection des bourgeons au printemps)

-          accorde une grande place à la biodiversité par respect pour la nature mais aussi pour enrichir les vins (forêts, arbres à noix etc…)

-          Encépagement : Merlot (apporte corps, rondeur et souplesse), Cabernet Franc (pour la finesse), Cabernet Sauvignon (pour la structure), Sauvignon Blanc (riche en arômes) et Sauvignon Gris (rondeur et finesse)

Bon passons à ma partie favorite : L.A  D.E.G.U.S.T.A.T.I.O.N :)

Côté Rouge :

  • Château Pierrail 2010 : Robe foncée, une attaque franche laissant place à de beaux arômes de fruits rouges et fruits noirs (cassis, cerise…) mais aussi  de moka. Des notes de toasté, de grillé en fin de bouche….des tanins vifs. Un vin qui gagnera à vieillir 4 à 5 ans.

Un vin que j’accompagnerais volontiers avec des cailles farcies aux épices.

  • Les Hauts de Naudon 2009 : Une belle robe rubis invitant à la dégustation sans plus attendre… En bouche ce vin révèle de la puissance, des arômes de tabac, de cuir, de fruits (cassis, groseille) bien murs…un vin rond, frais, présentant également une finale à la note acidulée

Parfait nectar qui se mariera parfaitement avec une viande grillée.

Côté Blanc :

  • Château Pierrail 2011 : nez aux arômes de rose et de nectarine… Une attaque légèrement perlante, en bouche il révèle des aromes d’agrume (citron, pamplemousse…) allant sur le confituré, une belle rondeur…

Un vin que j’ai particulièrement apprécié et que je ne saurais vous recommander accompagné d’un plateau de fruits de mer ou d’un poisson cuisiné salé/sucré comme une lotte rôtie à la mangue sur nid de poireaux.

(Vous pourrez découvrir ce vin lors de la dégustation que j’organise le 30 Mars au BU Bar à vin, à Bordeaux)

Pour la petite anecdote, la propriété fut visitée en 1832 par la Duchesse du Berry. Auparavant à Naples, elle décida de son retour discret en France afin de restaurer la royauté, en mettant son fils sur le trône. Le Baron de Brianson, alors maitre des lieux, et très royaliste accepta de la recevoir à Pierrail. En repartant elle se fit arrêter et menée  à la citadelle de Blaye.

N’hésitez pas à passer en propriété, dégustation, balades, pause autour du lac, jardin à la française sont aux programmes. Un rendez vous que je conseille aux amoureux en mal de balade .

Passez une bonne semaine et bonne dégustation !!

Merci à Alice Demonchaux pour son accueil :)

Note a posteriori: le nouveau site Vert de Vin est disponible sur cette adresse: www.vertdevin.com ;)

Jonathan

CHATEAU PIERRAIL

33220 MARGUERON

Tél : 00 +33 (0) 5 57 41 21 75
www.chateau-pierrail.fr

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: